Ça y’est, le rouleau compresseur Netflix est enfin arrivé en Suisse depuis ce merveilleux matin du 18 septembre 2014. Si tu sors du coma à l’instant alors cet outil te sera probablement inconnu, tu auras heureusement fait le bon choix en venant ici.

Netflix est un système de streaming légal (diffusion en direct) américain, c’est même LE système de streaming par excellence, puisque la société compte 50 millions d’utilisateurs à travers le monde. En théorie cela permet de visionner à volonté une quantité incroyable de séries télévisées et de films, le tout pour un prix mensuel fixe tout à fait abordable.

Trois abonnements sont proposés:

– Un accès sur 1 appareil en qualité standard
– Un accès sur 2 appareils en simultané et haute définition
– Un accès sur 4 appareils en simultané, en haute définition et définition 4K sur les programmes disponibles

Et comme tu vas rapidement le constater, les prix vont du simple au double selon le pays dans lequel tu te trouves.

netflix_03

Les américains paient ainsi respectivement 7.99 $ (7.51 CHF), 8.99 $ (8.45 CHF) et 11.99 $ (11.27 CHF) pour les trois abonnements à disposition.

Les Français un peu plus, soit 7.99 € (9.67 CHF), 8.99 € (10.89 CHF) et 11.99 € (14.52 CHF).

Une fois n’est pas coutume, le record est atteint par nous autres riches Suisses qui payons 11.90 CHF, 12.90 CHF et 17.90 CHF. Soit 20% de plus que les Français, et 60% de plus que les américains.

Cela en vaut-il vraiment la peine? Hélas non, en pratique c’est malheureusement un autre son de cloche puisque le catalogue proposé en Suisse respecte la triste loi dite de la chronologie des médias.

La chronologie des médias est la règle définissant l’ordre et les délais dans lesquels les diverses exploitations d’une œuvre cinématographique peuvent intervenir. Cette réglementation a essentiellement pour but la sauvegarde de l’exploitation en salle des films. Ce n’est en effet qu’après une durée déterminée que les autres formes d’exploitation (vidéo à la demande, télévision…) sont autorisées.

Source: Wikipedia

En bref, tout le contenu de Netflix disponible chez nous date d’au minimum trois ans, trente-six mois à se faire oublier au fond d’une cave, et si c’est positif pour du pinard ça ne l’est clairement pas pour des séries télévisées.

netflix_01

Prenons l’exemple de la célèbre série américaine « The Big Bang Theory » dont la huitième saison commence dans une semaine, sur Netflix seules les cinq premières sont disponibles.

Hormis les prix le résultat n’est pas vraiment à la hauteur des espérances, et sachant qu’en Suisse le téléchargement illégal n’est pas puni il y a fort à parier que les aficionados de séries américaines qui ont utilisé cette technique jusqu’ici vont continuer à faire de même.

Au final l’expérience reste une grosse déception qui n’est pas vraiment de la faute à la société Netflix, mais qui est plutôt due à ces lois européennes stupides. Nous autres consommateurs sommes prêts à payer pour du contenu chargé légalement, mais rien ne bougera tant que les ayants droits resteront cloitrés dans une époque révolue.

,    

Certaines personnes sans scrupules n’hésitent pas à publiquement utiliser des expressions enfantines telles que « même pas peur » afin de promouvoir un contenu pour adultes, cette démarche honteuse et ridicule devrait être interdite!

memepaspeur_caisseunique

Et puis de toute manière, c’est celui qui dit qui y est.

   

La ville de Payerne est surtout connue pour sa caserne militaire qui accueille chaque année avec délectation les pires psychopathes du pays, ravis d’aller manipuler des engins destructeurs pour une fois différents de ceux habituellement tripotés dans leurs caleçons.

Mais Payerne organise également régulièrement un meeting aérien réputé, qui cette année porte le nom follement recherché de « AIR14 ». Dans le domaine martial il faut toujours utiliser des mots simples qu’un enfant de six mois peut comprendre.

Parmi les invités, les forces aériennes russes, dont la présence jugée indésirable a été annulée au dernier moment par respect pour l’Ukraine, actuellement envahie par les troupes de Vladimir Putin (on comprend pourquoi son nom a été francisé).

L’évènement familial aérien fait donc preuve d’éthique, et on ne peut que le féliciter.

Mais pendant ce temps…

A la demande de la Fédération de Russie et avec l’accord des autorités suisses, un groupe de quatre inspecteurs issus des forces armées russes arrivera aujourd’hui lundi 1er septembre 2014 en Suisse pour procéder à une inspection dans le cadre de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

L’inspection constitue une possibilité de contrôle au sens des dispositions du Document de Vienne de 2011, qui autorisent chaque Etat membre de l’OSCE à se procurer des informations sur place concernant le respect des mesures de confiance et de sécurité convenues.

La Fédération de Russie effectuera son inspection dans les régions suivantes : Lausanne – Neuchâtel, le Plateau, Winterthour, Berne y compris l’Oberland bernois, la Suisse centrale et le Valais. Cette inspection durera 48 heures au maximum et s’achèvera le 4 septembre. Les inspecteurs seront informés des activités militaires qui se déroulent durant cette période dans les régions en question.

Le groupe d’inspection peut se déplacer librement dans les secteurs concernés en compagnie de militaires suisses. Les ouvrages sensibles sont soustraits à cette inspection.

Source: DDPS

L’information survient quelques semaines après l’annonce indiquant l’intention de l’armée suisse d’acheter un grand nombre de drones israéliens, testés et approuvés sur une population civile palestinienne oppressée par les forces d’occupation depuis plusieurs décennies.

Chercher de l’éthique au sein d’une armée, même helvétique, est de la pure folie.

   

Les Dents du Midi

Les Dents du Midi


, ,

Désolé pour le titre.

legolas-love

, ,    

Quand les américains parlent de la Suisse, c’est très souvent avec une certaine inexactitude, et le récent film « The Amazing Spider-Man 2 » n’échappe pas à la règle.

L’action commence par un flashback, les deux parents de Peter Parker (attention gros spoiler, c’est en fait le vrai nom de Spiderman) abandonnent leur fils afin de garantir sa sécurité, logique. Le couple est en effet pourchassé par de puissants industriels sans scrupules, tu noteras le pléonasme évident.

Mary Parker et son mari Richard Parker prennent donc la fuite à bord d’un avion privé luxueux, c’est d’une discrétion absolue.

spiderman2_lake_geneva

Mary Parker essaie de rassurer Richard Parker en lui annonçant leur destination.

I have found a safe place for us to spend the night at Lake Geneva.

Ou en Français, traduction gracieusement offerte par la maison.

Je nous ai trouvé un endroit en sécurité pour passer la nuit au Lac Léman.

Nos deux tourtereaux ont donc l’intention de passer la nuit dans le lac, rien de plus sûr en effet. On espère qu’ils ont prévu un sous-marin à leur arrivée, ou alors des bonbonnes d’oxygène pour passer la nuit tranquillement au fond des eaux.

Tu remarqueras qu’il est littéralement écrit « lac de Genève », car tel est le terme anglais, le nom de « Léman » n’étant utilisé que dans la langue de Molière (plus d’informations ici).

,    

herji_gaza

Tu peux retrouver tous les dessins de Herji sur son site web.

,    

Dénoncer les innombrables erreurs de grammaire plus ou moins volontaires sur Twitter provoque la même poussée hormonale que d’imaginer tabasser un motard qui te réveille en pleine nuit avec sa bruyante tondeuse (de merde).

Ne mens pas, tu le sais.

Afin d’assouvir ces bas instincts tu vas aujourd’hui et pour la cinquième fois pouvoir choisir parmi cette nouvelle série d’insultes à la langue française. Les quatre précédentes éditions peuvent être retrouvées en cliquant sur les chiffres 1, 2, 3 ou 4, et aussi un peu grâce à la magie de l’Internet mondial.

Commençons.

La caserne d’Ali Baba

Ali Baba, célèbre militaire arabe qui ouvre les portes de la caserne en criant « sésame ouvre-toi! ».

twitter_caserne_01

twitter_caserne_02

twitter_caserne_03

,    

Il semblerait qu’il existe encore à notre époque des personnes ayant accès à Internet et n’ayant pourtant jamais entendu parler des « mèmes ».

Citons Wikipédia, référence en matière de définitions bien pensées.

Un mème (de l’anglais meme ; calqué sur gène, sans rapport et à ne pas confondre avec le français « même ») est un élément culturel reconnaissable répliqué et transmis par l’imitation du comportement d’un individu par d’autres individus. L’Oxford English Dictionary définit le meme comme « un élément d’une culture (prise ici au sens de civilisation) pouvant être considéré comme transmis par des moyens non génétiques, en particulier par l’imitation ».

Le terme anglais de meme a été proposé pour la première fois par Richard Dawkins dans « Le Gène égoïste » (1976) et provient d’une association entre « gène » et « mimesis » (du grec « imitation »). Dawkins souligne aussi la parenté de son terme avec le mot français « même ». Les mèmes ont été présentés par Dawkins comme des réplicateurs, comparables à ce titre aux gènes, mais responsables de l’évolution de certains comportements animaux et des cultures.

Wikipedia

Ce concept génétique a muté voici quelques années pour donner naissance au phénomène que nous connaissons maintenant bien : les mèmes informatiques.

Il s’agit d’images diverses auxquelles un texte en anglais est apposé, principalement composé de deux paragraphes, l’un en haut et l’autre en bas. Les lettres employées sont généralement en majuscules blanches lisérées de noir.

La fonction du mème dépend de l’image, chaque image donnant un thème à respecter obligatoirement. Certaines mèmes donnent des conseils, d’autres permettent de se confesser, les objectifs sont innombrables.

   

drunk_surf

,    
1 sur 151123...102030...Dernier »