On se demandait depuis longtemps quelle série pourrait bien nous tenir autant en haleine que « Game of Thrones » , référence télévisuelle qui mobilise toujours autant son public après de nombreuses années.

Alors que le désespoir s’installait est arrivée « Westworld » la providentielle, merci HBO !

L’histoire est celle d’un parc d’attraction basé sur le thème du far-west, les principales différences avec Disneyland sont que les figurants sont tous des robots, et que l’on peut les flinguer et les niquer. Le scénario est diaboliquement tordu et les twists fréquents, après plusieurs semaines de visionnage (à raison d’un épisode tous les lundis) c’est souvent l’intégralité des épisodes passés qu’il faut revoir.

Il n’y a aucun moyen d’expliquer la raison pour laquelle les premières lignes de cet article ne doivent pas être lues sans tomber dans un spoiler qui gâcherait la première saison toute entière. Donc si tu n’as pas vu l’intégralité de la première saison de « Westworld » , arrête toi à l’alerte spoiler ci-dessous.

,    

Ma passion, regarder de vieux navets d’anticipation et publier des critiques peu constructives à leur sujet. Une activité qui demande une patience et un courage hors-normes, mais qui a également ses limites à ne pas franchir.

Concrètement, le film danois « Webmaster » sorti en 1998 dépasse largement le seuil de tolérance nécessaire, il faudra donc se contenter aujourd’hui d’une bande annonce déjà très difficile à supporter.

Le contenu et le titre original « Skyggen » (avec deux « g » ) naviguent dans la vague de ces films qui exploitaient cette technologie émergente des années 90, tu as probablement dû en entendre parler, ça s’appelait « Internet » .

Nous sommes « dans un futur pas si distant » , un hacker du nom de J.B. s’éclate dans le cyber-espace avec ses cyber-lunettes de réalité virtuelle. Il assiste à un cyber-meurtre et se voit proposé un cyber-travail de webmaster.

Ce thriller cyber-punk a quand même gagné un prix au Festival international du film fantastique de Bruxelles en 1999, et l’acteur principal a visiblement remporté une récompense au Fantafestival italien la même année.

Il n’est jamais sorti en salle, uniquement sur support VHS (pas très cyber ça), on se demande pourquoi.

,    
Concert de Jean-Michel Jarre, Arena de Genève Concert de Jean-Michel Jarre, Arena de Genève

Posséder un téléphone sous Android c’est souvent accepter le fait d’être servi après les utilisateurs d’appareils Apple, le phénomène appelé en toute logique « iOS first » est extrêmement courant et frustrant. En tant que développeur il est normal de se poser la question de cette injustice, plusieurs personnes ont tenté d’y répondre à l’aide de statistiques sur le temps de développement qui serait plus court en Objective-C (le langage bordelique d’Apple), ou sur le taux de piratage très discutable des applications Android.

En fin de compte, peu d’éléments factuels semblent favoriser telle ou telle plateforme. Étant donné que rien ne vaut l’expérience personnelle j’ai tenté de publier une application à la fois pour Android et pour iOS, et ainsi comparer les deux plateformes d’un point de vue purement fonctionnel.

Évidemment l’expérience est quelque peu biaisée, ceux qui me connaissent savent que je conchie Apple et ses techniques commerciales extrémistes, mais je suis assez ouvert pour reconnaitre que leur matériel est joli et de bonne qualité. Et puis posséder un appareil Apple c’est la classe, mais c’est surtout beaucoup plus cher alors ça doit évidemment être meilleur.

À l’inverse, prétendre qu’un smartphone Android est de mauvaise qualité car moins cher est un raisonnement simpliste, de plus le concept de « smartphone Android » n’a aucun sens car contrairement à Apple, dans le monde ouvert du petit robot le matériel n’est pas lié au logiciel.

En matière de qualité logicielle il y a du bon et du moins bon des deux côtés, de manière approximativement équitable.

Bref, je suis développeur Android, et j’ai voulu porter mon application phare sous iOS.

, , ,    
Il y a vingt ans les gens pouvaient annoncer fièrement qu'ils étaient américains, aujourd'hui on leur répond qu'on est désolé pour eux.
Maquette de Genève Maquette de Genève

Le navet « Cherry 2000 » est un film d’anticipation américain de 1987 réalisé par Steve De Jarnatt, certains vont pourtant jusqu’à le qualifier de « culte » .

L’introduction commence à la manière d’un vieux porno bas-de-gamme, avec sa musique associée et quelques images d’une femme dénudée qui ondule lascivement.

cherry_2000_01

Nous sommes en 2017, le monde post-apocalyptique se résume aux États-Unis divisés en zones vaguement habitables et décharges infréquentables, un scénario visionnaire qui fait suite à l’élection récente de Donald Duck Trump à la présidence ‘muricaine.

cherry_2000_16Make America Great Again

,    

Je suis développeur.

Non, ce n’est pas le métier qui consiste à faire artificiellement gonfler ses muscles dans une salle de fitness qui pue le narcissisme et la transpiration.

J’ai créé une application qui permet de gérer les ampoules Phillips Hue, ces appareils connectés permettent d’éclairer ta maison à l’aide de diverses couleurs gérables depuis des interrupteurs programmables ou une application sur ton smartphone.

hueandme_01

, ,    

L’être humain est la seule espèce connue capable de créer une œuvre artistique à partir de quelque chose d’horrible.

Nous sommes en 2010, un cambrioleur pénètre par effraction dans la demeure alabamienne des Dodson, une famille de banlieusards bien ‘muricains. La grande fille est agressée, mais le malfrat s’enfuit rapidement et tout le monde s’en sort heureusement indemne.

Les chacals de la télévision viennent interviewer le fils Dodson, sa parade furieuse est immédiatement repérée par les Gregory Brothers qui remixent la prestation à grands coups d’autotune. La vidéo devient virale et dépasse les 130 millions de vues sur YouTube.

Le remix musical commence vers 1 minute et 50 secondes

Mais les Gregory Brothers n’en sont pas à leur coup d’essai, on leur doit en effet toutes les vidéos « Songify the News » , au concept identique.

,    
Winter is coming Winter is coming